Chefchaouen se dotera d’une nouvelle zone industrielle et logistique

Sans se poser des questions, le Maroc est devenu une terre pour les grands projets. Le gouvernement ne s’arrête pas d’éditer des plans et de mettre en œuvre tous les moyens nécessaires pour aboutir à des réalisations de grande taille qui font la renommée du Royaume. Il s’agit d’investissements menés principalement par la société nationale d’investissement, que Mounir Majidi préside depuis le début des années 2000, qui ont guidé cette « révolution » économique et structurelle marocaine. D’ailleurs, Mr Majidi, conseiller particulier dans le Palais royal, est l’un des collaborateurs qui ont la confiance du Roi Mohammed VI, le principal meneur de ces plans. Parmi les nouvelles stratégies marocains, l’implantation d’une zone industrielle et logistique à la ville de Chefchaouen. Décryptage.

80 millions de dirhams sur la table

Une réunion du comité provincial de Chefchaouen a été tenue, mercredi 30 novembre dernier, pour le suivi des différents projets de développement dans la ville. Durant cette réunion, il a été décidé d’allouer la somme de 80 millions de dirhams pour investir dans une zone d’activité industrielle et logistique. Les représentants du bureau d’études, responsable de la préparation des plans de ce projet, ont présenté une étude sur la faisabilité économique de cette zone.

La nouvelle zone se situera sur une superficie de 80000 mètres carrés et on y trouvera des espaces consacrés à l’industrie alimentaire et à la valorisation des plantes aromatiques et médicinales. Le complexe disposera aussi d’unités de production d’appareils électroniques et outils mécaniques. Ainsi, cette nouvelle zone de Chefchaouen serait comme un nouveau hub d’activités économiques et de services pour les marocains.

Une zone dédiée aux investisseurs locaux et régionaux

Pour réaliser ce méga projet, les efforts de la préfecture de la ville, sa municipalité, la commune rurale de Dardar, l’Agence de développement du Nord et d’autres établissements ont été combinés. L’espace sera dédié essentiellement aux investisseurs locaux et régionaux dans la province. C’est comme dans les villes de Tanger, Tétouan-Al Hoceima.

Le choix de se diriger vers la population locale se justifie par la volonté de la commune à donner des opportunités d’emploi aux jeunes de la région, notamment les diplômés et lauréats des instituts techniques. La préfecture a indiqué dans un communiqué que ce projet est respectueux de l’environnement ce qui s’ajoutera à la liste des accomplissements de cette ville, fière d’être l’une des plus écolos du Royaume.