En quoi les élections présidentielles 2017, peuvent-elles affecter la pratique religieuse France ?

Tout a commencé par le candidat des Républicains, François Fillon quand il s’est définit comme chrétien devant le grand public.

La France a été depuis toujours marquée par l’absence d’émergence d’un parti démocrate-chrétien contrairement à l’Allemagne avec Konrad Adenauer par exemple. La loi sur la laïcité de 1905 a tout fait pour séparer des églises et de l’Etat et de sauvegarder la liberté de chacun. Mais il semble que cette époque soit aujourd’hui révolue !

En effet, le sujet religieux est devenu soit un sujet d’angoisse pour les hommes politiques soit un objet mal identifié. Selon Gilles Bernheim, le grand rabbin français « Il y a une inculture religieuse chez beaucoup d’hommes et de femmes politiques qui prouve qu’il y une connaissance de base qui leur échappe complétement et qu’ils sont amenés à tenir des propos qui concernes des religions avec en même temps cette inculture religieuse… ».

Que propose les candidats à la présidentielle en matière de religion ?

  • Macron : former les imams à l’université

Accusé d’avoir promu une laïcité à l’anglo-saxonne, Emmanuel Macron a expliqué quelques points de son programme et éclairci son point de vu.

Le candidat des élections présidentielles et le favori des français selon les derniers sondages est contre la laïcité et encourage les pratiques religieuses tout en veillant sur les responsables des cultes. « Il faut par exemple s’assurer des bonnes formations universitaires des Imams qui sont les principaux responsables de l’éducation des musulmans. »

  • Fillon : faire face à « l’islam politique »

Le candidat des Républicains à la présidentielle 2017 propose de combattre toutes sortes d’extrêmise, de faire face au terrorisme islamique et d’interdire « les organisations qui se réclament des salafistes ou des Frères musulmans »

  • Le Pen : combattre le communautarisme

Jugée d’avoir lutter contre la pratique de l’Islam en France, Marine Le Pen s’est montrée dernièrement ouverte à l’idée de la Fondation pour l’islam de France et contre toutes sortes de communautarisme.

  • Hamon : défend toujours la loi de 1905

Accusé d’islamophobe, Benoît Hamon ne cesse de défendre la loi 1905 et de réaffirmer son attachement au principe de cette loi. « Là où une femme décide librement de porter le foulard islamique, et il en existe, peu importe ce que nous pensons, au nom de la loi de 1905, elle est libre de le faire, et moi je veux lui assurer cette liberté », a affirmé Benoît Hamon. ». Vous trouverez ici les informations pour le deuxième tour des présidentielles 2017