La CDO attaque Carte Blanche partenaires

La coopérative des opticiens en France regroupant les plus grandes enseignes des indépendants, a protesté contre le nouveau réseau d’optique de Carte blanche qui fera prochainement son entrée dans le marché français et qui menacera les principaux acteurs de cet univers.

Optic 2000, Atol … et d’autres magasins optiques de renommée internationale se plaignent contre les montures de la collection 1796 créée et diffusée par l’organisme Carte blanche partenaires.
Depuis quelques mois et après diverses menaces, la Centrale des opticiens, le premier réseau du secteur qui regroupe deux milliers d’opticiens indépendants et les enseignes optiques les plus célèbres en France à savoir l’entreprise Optic 2000 appartenant à Didier Papaz et présidée par Yves Guenin, est passée à l’acte

Membre de la Centre des Opticiens, la société Optic 2000 gérée par l’homme d’affaires Yves Guenin avait confié qu’elle a porté plainte auprès de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes contre le récent projet visé par optique de Carte blanche partenaires.

« La mise en place de l’offre Carte Blance influencera sans aucun doute le secteur de l’optique en France et engendra des pertes notables. Carte blanche partenaires souhaite mettre en place une collection de montures conçues et fabriquées spécialement pour ce cadre et cette entrée dans le marché nous coûtera cher. Explique Didier Papaz, le dirigeant d’Optic 2000.

Une procédure basée sur l’accès aux soins, la qualité et la maîtrise des coûts 

La plainte de la Centrale des opticiens a su attirer l’attention représentants publics, qui ont tout de suite lancé une enquête analysant les pratiques commerciales exercées par la Carte Blanche.

Mais à ce qui paraît, la coopérative des opticiens est prête à aller plus loin, en insistant sur le l’abus de Carte Blanche Partenaires et en attirant l’attention du Tribunal de Commerce sur ses dépassements.

Depuis des mois, la Centrale s’engage à lutter contre les pratiques de Carte Blanche Partenaires qu’elle estime contraires au droit de la concurrence.

Les membres de la Centrale ont même demandé de mettre en place un système de référencement opaque et restrictif qui vise à éloigner tout acteur ou fournisseur pouvant collaborer avec Carte Blanche et impacter le domaine de l’optique en France. La Centrale des opticiens a aussi demandé un contrôle rigoureux imposant des critères de sélection des professionnels de santé pour son conventionnement Premium.